Ilundáin, Centre de Sauvegarde de
la Faune Sauvage

Fotografía Buho - Faureco

Collaboration pour le contrôle des rongeurs

Renforcement des populations de chouette effraie et de faucon crécerellette dans les steppes de Navarre

Ces 8-10 dernières années, on constate un abandon progressif ou la rénovation des bâtiments situés dans les zones rurales, notamment des habitations et des enclos.

D'autre part, dans la Communauté Autonome de Navarre on observe certains signes de la présence de campagnol commun, quoique de façon résiduelle. Dans d'autres communautés, cependant, l'explosion démographique de cette espèce a entraîné des pertes importantes dans le secteur agricole. Dans une tentative pour anticiper les problèmes futurs et éviter d’éventuelles graves conséquences pour les cultures, le Ministère du Développement Rural et de l'Environnement du Gouvernement de Navarre a élaboré un projet visant à sauvegarder ou à renforcer les populations de chouette effraie et de faucon crécerellette dans les zones les plus susceptibles d'être colonisées par le campagnol commun.

 

La chouette effraie est un oiseau qui se nourrit presque exclusivement de rongeurs. Une grande population de ces oiseaux nocturnes contribue, par conséquent, de façon significative à atténuer la croissance incontrôlée de ces animaux indésirables. Le faucon crécerellette s’alimente aussi principalement de petits rongeurs. Pour le renforcement des populations de ces rapaces on utilise la méthode de libération « au taquet » (hacking). Cette technique consiste à placer les poussins à réintroduire dans un nichoir artificiel installé sur le site choisi, à l’abri des hiboux, dans des enclos ou autres structures adaptées à leurs besoins, où les poussins sont nourris jusqu'à ce qu'ils deviennent indépendants. Ces nids sont également destinés à accueillir d'autres oiseaux sauvages.Escuchar

Leer fonéticamente

Diccionario

Les poussins de chouette et de faucon crécerellette qui arrivent au Centre de Sauvegarde de la Faune Sauvage Ilundáin complètent leur développement dans l'Unité pour Jeunes. Quand ils sont capables de réguler leur température corporelle et de se nourrir (sans toutefois être encore capables de voler), ils sont transférés au nid artificiel, où l’alimentation leur est fournie sans aucun contact avec les humains, afin d’éviter l’association personnes-nourriture.

À ce jour, 30 sites de réintroduction et de nidification ont déjà été aménagés et il est prévu d’atteindre les 100 en 2011.

© Gestión Ambiental Viveros y Repoblaciones de Navarra, S.A. |